• Novembre

    “Je ne voyais rien à quoi me raccrocher, ni le monde, ni la solitude, ni la poésie, ni la science, ni l'impiété, ni la religion ; j'errais en tout cela comme les âmes dont l'enfer ne veut pas et que le paradis repousse. Alors je me croisais les bras, me regardant comme un homme mort, je n'étais plus qu'une momie embaumée dans ma douleur ; la fatalité, qui m'avait courbé dès ma jeunesse, s'étendait pour moi sur le monde entier, je la regardais se manifester dans toutes les actions des hommes aussi universellement que le soleil sur la surface de la terre, elle me devint une atroce divinité, que j'adorais comme les Indiens adorent le colosse ambulant qui leur passe sur le ventre ; je me complaisais dans mon chagrin, je ne faisais plus d'effort pour en sortir, je le savourais même, avec la joie désespérée du malade qui gratte sa plaie et se met à rire quand il a du sang aux ongles.”

    Flaubert - Novembre.

    « Les livres qui m'ont marquéAvec la rage d'Antigone »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 08:51

    Arpenteuse du web (comme tu dis ) cette expression me plait !! (sourire)  ce texte m'interpelle ce matin ... mais non non  je ne me complais pas dans cette putain de tristesse qui m'assaille parfois comme tout homme ou femme vivante .... envie de crier de rire et de jouir du moment de retrouvaille qui m'attend dans quelques jours avec mes enfants ....  Oh pardon je me suis quelque peu laisser aller sous Flaubert .... Oui parfois on ne voit rien pour s'accrocher c'est certain enfin il nous semble ne rien voir ......  J'aime bien me perdre chez toi alors à bientôt Lunatisse (j'ai mis un lien vers toi sur ma bulle alors à plus tard peut être ... sûrement .... et bonne vacances si tu en as .... 

    2
    Samedi 20 Décembre 2014 à 19:13

    Oui, arpenteur/teuse, j'aime beaucoup ce mot; l'idée me vient du livre "Les Arpenteurs du Monde", de Daniel Kehlmann. Je me sens toujours coupable d'affirmer que parfois l'expression "se rouler dans son désespoir" dégouline de vérité.. Bon courage pour tout, bon courage pour rien, et surtout pleins de joies en ces dures semaines de froid!
    Oui j'ai des vacances, merci, à toi aussi si tu en as !
    Au plaisir!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :